AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Mise à jour
Nous sommes de retour après cette première mise à jour. Bienvenue sur Sound of Drums !
Que vous soyez nouveau ou ancien, pour les nouvelles, c'est par ici.
Avis de recherche
Premier event
Le premier événement de Sound of Drums est lancé. Venez faire la fête avec nous dans une des villes
à travers Ealhmund. Un air de fête nous berce et nous n'attendons que vous !

Partagez | 
 

 Through an open door ᚠ Inleif & Naab

Aller en bas 
Invité

Invité





MessageSujet: Through an open door ᚠ Inleif & Naab   Dim 12 Aoû - 13:43




Through an open door
en cours

Noms des participants ɤ @Inleif Njörd et @"Naab Zendel"
Date du rp ɤ il y a trois ans (104)
Lieu du rp ɤ Auberge Daena.
Petite description ɤ auberge Daena, milieu de soirée.

Statut du sujet ɤ [] libre [x] privé
Contexte ɤ rencontre entre Naab et Inleif.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Through an open door ᚠ Inleif & Naab   Dim 12 Aoû - 13:44

Through an open door


Tunique de lin beige grisée par le temps et les affres, mèches platines tressées à la hâte d'aubes où la rosée nappe les terres, je passai une nouvelle fois la porte de Daena. Cette auberge m'accueillait depuis trois nuits déjà. Et tout ce qu Brildell m'aura apporté se résume par du dédain et le vol de ma bourse. Il me restait quelques deniers qui pourraient m'aider à ne pas dormir sous les porches abandonnés. D'un modeste repas je me repus, avant d'aller retrouver l'aubergiste.

Si peu de mots avaient été échangés, de loin j'avais pu l'observer. Bien qu'il n'était pas homme à m'inspirer confiance, je ne lui trouvais guère de raisons d'être menaçant envers ses clients. C'est d'une voix douce et basse, visage et frusques altérés de poussières récoltées à parcourir la cité en quête de travail, que je m'adressai à lui. « Aubergiste, vous reste-t-il une chambre pour cette nuit s'il vous plaît ? » Timidement, je détachai de ma ceinture la petite escarcelle qui me restait et la lui tendis pour lui montrer que j'avais de quoi payer. Mon visage ne lui était guère inconnu, à me restaurer et dormir ici ces derniers jours. J'avais beau être dans mon coin, les tenanciers savaient reconnaître les énergumènes qui fréquentaient leur établissement.
Revenir en haut Aller en bas

ignorant


avatar

ɤ Messages : 45
ɤ Avatar : Idris Elba
ɤ Lieu de vie : Brildell


Fiche d'aptitudes
Aptitudes de base:
Aptitudes avancées:

MessageSujet: Re: Through an open door ᚠ Inleif & Naab   Mar 21 Aoû - 18:13




« Trough an open door »


Inleif & Naab








Aubergiste, la chose ne fut jamais une vocation pour Naab. À vrai dire, s'il n'avait jamais eu cette chance, incommensurable, de rencontrer celle qui devint son épouse, ainsi que la seule lueur dans sa vie morne et triste, l'idée ne lui serait jamais venue. Autant le dire honnêtement, le relationnel ne fut jamais sa spécialité, loin de là. Malgré un instinct que certains qualifiaient d'exceptionnel, cela ne l'aida jamais réellement à dialoguer, ou à s'ouvrir aux inconnus. Il n'y avait qu'à le voir, à cette époque où il faisait parti de cette troupe de mercenaires. Les échanges étaient minimes et, rarement tournés vers autre chose que le professionnel. Des informations, des rumeurs, des ordres ou des conseils, rien de plus. La chose fut identique, lorsqu'il monta en grade d'ailleurs. Pourtant, cela ne l'empêcha jamais de bien faire son travail, de mener des attaques ou tout simplement d'être respecté. Ainsi, rencontrer cette femme, Daena, ce fut … Comme s'il devint un tout autre homme, littéralement, plus ouvert, plus jovial, plus bavard, c'était à se demander si l'on ne discutait pas avec l'un de ses innombrables frères, qu'il disait avoir laissé dans les montagnes. Ce fut après deux ou trois ans passés ensemble que cette épouse, pleine de sagesse évoqua l'idée pour la première fois, celle de se payer un petit établissement, monter une affaire en famille où ils pourraient élever leurs enfants, loin de cet univers sombre et violent dans lequel le future père vivait. Oh, s'il avait pu l'écouter, si seulement il avait su …

Contre toute attente et ce, même s'il ne le montrait que trop peu, Naab appréciait réellement son nouveau travail. Ce n'était pas uniquement du au fait qu'il accomplissait le doux rêve de sa défunte épouse mais, cette chaleur constante, ce bruit de fond continu et, toutes ces petites histoires que l'on pouvait entendre ou découvrir au quotidien avait quelque chose d'assez intriguant. Suffisamment pour vouloir le vivre au quotidien. Les revenus n'étaient certes pas les mêmes mais, les risques de se voir démembré et/ou torturé étaient nettement moins important, chose non négligeable. Malgré un retour à la noirceur et au silence, causés par la mort prématuré de sa petite famille, avec le temps, le tenancier s'était retrouvé être bien plus ouvert et bavard que dans ses débuts. N'allez cependant pas imaginer qu'il pouvait parler durant des heures de tout et de rien, non, vous vous ferez du mal. Disons qu'il était capable de tenir une conversation, relancer celle-ci sans s'énerver plus que de raison, ni même sans avoir l'idée insistante d'arracher la tête à ceux qui parlaient un peu trop. Bien entendu, il lui arrivait de jouer les gros bras, face à ceux qui ne se montraient que trop peu respectueux, ou encore qui étaient de mauvais payeurs. Certains voyaient uniquement la hache de guerre, entreposée au-dessus du comptoir, comme simple décoration. Une petite partie pensaient même que, Daena était le nom de la dite-hache et puis, il y avait ceux qui se retrouvaient nez à nez avec cette arme, qui avaient ôté bien des vies, maniée avec une facilité déconcertante par l'alter. Ceux-là, en règle générale, avait tendance à se calmer et si ce n'était pas le cas, Naab avait une phrase toute faite pour ceux-ci « À ton avis, qui est le plus rapide entre ta main, pour utiliser ta magie, ou ma hache pour te fendre le crâne ? ». Phrase qui, vous vous en douterez faisait toujours son petit effet. La stature seule de l'aubergiste était un moyen suffisamment dissuasif, mais, la taille de l'arme réussissait, la majeure partie du temps, à calmer les plus téméraires.

Il y avait cependant quelque chose qu'il n'acceptait pas, jamais, que l'on s'en prenne à ses serveuses. Il pouvait comprendre que l'alcool pouvait donner des ailes, que la chose pouvait vous faire sentir bien meilleur que ce que vous êtes, que l'on puisse imaginer pouvoir séduire une charmante demoiselle, malgré le visage transformé par l'alcoolémie, tout comme votre verbe. Mais de là à vouloir la coincer entre vos bras, qu'on veuille la toucher là où elle ne voulait pas, ou même la forcer à vous embrasser oh, ça … Naab, voyait rouge et, vous ne souhaitez pas le voir ainsi. Malgré un feu ardent, toujours présent au fond de lui, le montagnard tentait tant bien que mal de se contrôler mais, malheureusement, des fois, il fallait que ça sorte. Comme ce jour-là. Cela devait faire cinq ans que l'homme avait monté sa petite affaire, réussissant à gonfler les caisses grâce à quelques informations distillées ça et là à quelques marchands, mercenaires ou même aventuriers en tout genre. Après tout, une auberge était le lieu rêvé pour apprendre des choses. Les serveuses étaient pour lui des oreilles attentives et, surtout, à qui l'on aimait dévoiler quelques petits secrets, en espérant les impressionner. Chose qui ne marchait que très rarement, voire même … Jamais.

Ce jour-là, il y avait cet homme, un voyageur semblant relativement aisé, probablement un marchand, au vu des deux hommes à ses côtés, armés et semblant attentifs aux moindres faits et gestes du reste de la cohue. L'homme de passage semblait grandement intéressé par celle qui les servait. Il fallait dire que c'était une belle petite, jeune, souriante et doté de yeux mémorables. Il y en avait eu des hommes qui s'en étaient entichés, mais, probablement que cet homme étaient de ceux à penser que rien ne pouvait leur résister. Derrière son comptoir à nettoyer la vaisselle, le propriétaire gardait un œil sur ce petit groupe, certain qu'il risquait de faire une connerie. Malheureusement, sans flagrant délit, difficile d'agir sans avoir de trop grosses répercussions. Ce fut là qu'une petite voix timide se fit entendre sur son côté, demandant s'il lui restait une chambre de libre pour la nuit. Une jeune femme en milieu de vingtaine, une chevelure claire comme il n'en avait vu que si peu, un joli sourire, des jolis petits yeux et un ensemble qu'il aurait décrit comme particulièrement bien réussi. En grand poète qu'il était. Une chose était sûre, nombreux devaient être à se damner pour espérer quoi que ce soit avec une si charmante jeune femme. Cela faisait quelques jours que la belle occupait une chambre dans son établissement, payant toujours à l'avance, sans histoires, sans problèmes, le genre de clients qu'on aimerait avoir plus souvent.

Tout aussi timidement, la blondinette tira de sa ceinture quelques pièces pour prouver qu'elle avait bel et bien de quoi payer, chose qui faillit presque tirer un petit sourire de la voir si … Adorable, probablement, il n'avait pas d'autres mots. Un regard furtif fut donné à sa serveuse et, ce qu'il craignait le plus s'était produit. L'étranger avait finit par attraper la demoiselle, l'ayant coincé sur ses genoux, tentant de lui embrasser le cou tandis qu'elle essayait de se débattre. Les deux gardes eux, se contentaient de rire grassement. Un air sévère et presque effrayant pris possession de Naab, un court instant, avant de se retourner vers sa cliente, levant son index vers le ciel. « Je vous demande un instant m'dame. » Après un appui solide sur le comptoir, le propriétaire sauta par dessus celui-ci, se dirigeant d'un pas déterminé vers la scène, tandis que les habitués s'écartèrent de son chemin, espérant sans doutes ne pas être la cible de son courroux et, arrivé à proximité de l'emmerdeur, sa voix puissante s'éleva. « Baisse-toi. ». Obéissant sur le champ, la travailleuse se baissa de tout ce qu'elle put, avant qu'une gifle monumentale ne vienne s’aplatir en plein milieu du visage de celui qui se croyait tout permis. Une force colossale et une main gigantesque fut une combinaison suffisante pour envoyer valser l'homme, relâchant par la même occasion la serveuse, toujours paniquée. La récupérant en douceur, le colosse la poussa délicatement vers le comptoir, avant que les deux hommes d'armes ne se relèvent, récupérant un tabouret, prêt à en découdre. « M'obligez pas à faire ça, cassez-vous et vous aurez rien. » La chose, plus que de les dissuader les amusa grandement, ce qui fit longuement soupirer le propriétaire. Le premier homme chargea et balança un coup horizontal puissant en direction de la tête de notre homme, qui se baissa sans mal sous le coup, avant de remonter pour asseiner un coup de poing particulièrement violent dans l'estomac de son agresseur. En plus de lui faire dégurgiter ce qu'il avait avalé, cela le fit se soulever d'une poignée de centimètres pour s'étaler sur le ventre, en gémissant. Un coup de pied dans la mâchoire finit par le mettre hors d'état. Un regard noir se dirigea vers le dernier debout, à qui il lança un ultime avertissement. « Dernière chance, prends tes potes et casse toi. » L'homme sembla réfléchir un moment, avant de finalement relâcher son tabouret, prendre ses compères et s'en aller en grommelant.

Les ennuis enfin éloignés, l'ancien mercenaire se concentra sur la petite, encore déboussolée pour la rassurer comme il le put après lui avoir donné de quoi boire un coup. « Boon, prends ta soirée d'accord ? Demain on voit si t'es d'attaque, sinon tu te prends un peu de repos. Entendu ? » Une tape sur l'épaule et un doigt pointé vers un jeune qui semblait avoir le même âge qu'elle, en train de descendre une énième pinte. « Zeck, t'as assez bu pour ce soir. Tu la ramène jusqu'à chez elle et tu vas te pieuter. Si tu la touches, j'te coupe les jambes, vu ? » Bégayant un moment, le jeune homme finit par accepter et à escorter la jeune fille jusqu'à chez elle. Revenant doucement jusqu'à son comptoir, en prenant soin de faire le tour, pour que son attention ne vienne se poser sur la cliente timide. « Pardonnez-moi, quelques mauvaises habitudes à … Tordre. » Soupirant un moment en se grattant le coin de la lèvre, pour finalement se masser doucement le poing qui avait plié en deux un des gorilles. Son regard finit par couvrir la sale qui était plus remplie qu'habituellement et, une serveuse en mois, ça risquait de faire un sacré travail pour les autres. « Bien, écoutez, j'ai une proposition à faire. Vous savez tenir un plateau et retenir quelques commandes non ? Fin, c'dans vos cordes j'veux dire. Finissez le service pour moi, j'vous offre la chambre. Vous pourrez manger et boire c'que vous voulez ce soir et, vous aurez le p'tit dejeuner demain. Z'en pensez quoi ? Plutôt honnête non ? » Tendant sa main vers elle, espérant qu'elle vienne à la serrer, comme pour conclure un pacte, notre homme finit par rajouter un petit quelque chose. « Moi, c'est Naab, comment j'dois vous appeler ? »


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Through an open door ᚠ Inleif & Naab   Jeu 6 Sep - 14:37

Through an open door


L'incertitude m'habitait et les tumultes des lieux n'étaient qu'un sourd écho auquel je ne prêtais guère attention. Toutefois, le tenancier y prêtait une oreille et un regard soucieux. Si bien qu'à ma demande, il ne put faire autrement que m'intimer de patienter.

Un saut par-dessus le comptoir me fit m'écarter de deux bons pieds même si la marge semblait calculée. Me retournant vers l'action, c'est avec deux billes rondes que mes prunelles azurées observèrent la scène. La gifle parut résonner à travers la salle. La jeune femme embêtée et apeurée fut renvoyée d'un élan délicat vers le comptoir. D'un réflexe attentionné, je vins vers elle pour m'enquérir de son état. Saisissant ses mains tremblantes, je lui adressai un sourire bienveillant qui semblait la rassurer. Ou peut-être n'était-ce qu'un masque pour ne pas montrer sa vulnérabilité à une cliente. Les effusions de coups passés, la voix de l'aubergiste tonnant une dernière fois, la salle se calma enfin.

Le tenancier s'avança vers sa serveuse, s’enquérant à son tour de son état. Je me reculai d'un pas, les laissant à leur conversation. Mes yeux oscillaient entre les quelques ravages causés par l'altercation. De quoi me mettre mal à l'aise. Je n'avais jamais assisté à une bagarre de taverne et encore moins avec l'aubergiste comme protagoniste. Mais il était à apporter son crédit l'ardeur avec laquelle cet homme avait défendu son employée. Spectatrice des instructions qu'il donnait, je campais sur mes positions en attendant le point final de cette péripétie.

Revenant vers moi, l'aubergiste tenu à s'excuser, ce que j'accueillis d'un léger sourire. Après un regard porté sur sa salle, il vint à me demander si j'étais capable de suivre quelques instructions. Mes yeux s'écarquillèrent de surprise lorsqu'il me proposa de finir le service en échange d'une chambre pour la nuit. Quelque peu étonnée, je cillai à plusieurs reprises, sentant mon ventre se nouer d'une anxiété motrice. « Et bien je... oui, je trouve ça plus qu'honnête, N-naab. Vous pouvez m'appeler Inleif, je vais faire de mon mieux pour mériter cette hospitalité », répondis-je quelque peu intimidée mais enthousiaste face à cet arrangement. Si j'avais passé assez de temps dans l'auberge pour comprendre le travail qui m'attendait, je marquai un instant de pause à me retourner vers la salle impatiente. Soudain, chaque personne m'apparaissait différemment. Comme une horde prête à me demander monts et merveilles. Prenant une grande inspiration, je me tournai à nouveau vers le dit Naab. « Par où dois-je commencer ? » Demandai-je, un peu gênée. Ce travail n'aurait assurément rien à voir avec les champs...
Revenir en haut Aller en bas

ignorant


avatar

ɤ Messages : 45
ɤ Avatar : Idris Elba
ɤ Lieu de vie : Brildell


Fiche d'aptitudes
Aptitudes de base:
Aptitudes avancées:

MessageSujet: Re: Through an open door ᚠ Inleif & Naab   Dim 16 Sep - 7:57




« Trough an open door »


Inleif & Naab








La cliente resta étonnamment sage aux instructions du tenancier de la taverne, s'écartant même légèrement face au bond de son interlocuteur, comme de peur de gêner. Silencieuse et calme, la belle ne resta cependant pas cachée derrière le comptoir, bien au contraire. Certes, elle ne fonça pas dans la courte bagarre de taverne, elle n'avait, après tout, pas à le faire, mais elle tenta de réconforter la serveuse ayant été chamboulée, chose que le colosse aperçu du coin de l’œil et, qui lui tira presque un sourire. La blondinette semblait avoir grand cœur, une bonne chose, qui, malheureusement, semblait de plus en plus rare. Nombreux auraient étés ceux à ne pas vouloir intervenir, ou tout simplement se mêler d’histoires qui ne les regardaient pas plus que ça. Après tout, sans connaître l'homme plus que ça, qui aurait pu mettre une pièce sur un tavernier face à trois hommes, dont deux armés et semblant entraînés ? Malgré la carrure de l'homme, ceux qui semblaient être gardes du corps étaient eux aussi particulièrement bien charpentés. D'autant plus que, Naab était un non-maître et, notre homme n'avait jamais eu la moindre honte de l'évoquer, ce qui rendait l'information publique et relativement répandue, surtout au sein de ses habitués. Non, dans ce genre de cas, la plupart des gens auraient préférés rester à l'écart, afin de ne pas recevoir des répercussions de la part des trois hommes, par ricochet. Certes, la suite des événements fut bien moins attendue par une bonne partie du public et, notre homme revint rapidement vers la cliente timide après avoir donné quelques instructions à un habitué.

La proposition du tenancier sembla surprendre la voyageuse, ses jolis yeux s'écarquillèrent d'une bien drôle de façon, tant et si bien que l'on aurait bien pu croire qu'elle fut choquée d'une telle proposition. Il était vrai, cependant, que rares étaient les occasions où l'on pouvait se voir proposer un petit travail, ne serait-ce que pour un jour, ainsi, à la volée. Il y eut un petit silence, durant lequel la jeune femme cligna des yeux d'une étrange manière, comme si elle n'en revenait pas de ce qu'elle vivait, avant de finalement accepter, dans ce qui semblait être un mélange de gêne et de joie, balbutiant presque sur son nom, en précisant trouver la chose honnête. Inleif, ainsi se présenta-t-elle, finit par avouer vouloir faire de son mieux, chose qui tira un petit sourire en coin au quarantenaire. « Allons, inutile de vous affubler d'une trop grosse charge. Respirez un grand coup, tout va bien se passer. Ce n'est pas une tâche particulièrement ardue et, peut-être que cela vous aidera mais, dites-vous tout simplement que, si vous venez à vous tromper, il n'y aura pas mort d'homme. Quoi qu'un client puisse commander, un autre le voudra sûrement bien vite, alors, mettre de côté un plat ou une chope n'est pas dérangeant. » Lâchant un petit rire qu'il espérait pouvoir rassurer un tant soit peu la demoiselle pour finalement conclure d'une voix plus assurée. « Dans tous les cas, enchanté, Inleif. Si vous avez le moindre problème, n'hésitez pas à venir me demander et, surtout, ne paniquez pas, tout va bien se passer. »

Une tape amicale qu'il tenta d'offrir, particulièrement douce, sur l'épaule pour la lancer dans le bain et, notre homme se retourna pour récupérer deux plats qui venait de sortir de la cuisine. Au même moment, la nouvelle employée se retourna, un peu gênée pour demander par où elle devait commencer, chose à laquelle Naab répondit, en premier, par lui tendant les deux assiettes. « Tenez. Quand vous vous retournerez, ce sera sur votre gauche, au fond de la sale, dans l'angle. Un jeune couple … Enfin, un homme relativement jeune et une femme qui semble avoir l'même. Au passage, un p'tit groupe vient d'entrer, prenez leur commande. Sinon, pour l'reste, faites des tours, débarassez, prennez des commandes. Vous allez voir, ça va vite rentrer et, si quelqu'un vous dérange et ou essaie de vous ... » Ne trouvant guère de mots poétiques pour finir sa phrase, le patron se contenant de froncer les sourcils et d'agiter ses doigts d'une manière assez dérangeante, essayant de faire passer au mieux le mot. « Venez me voir, j'irai … M'entretenir, disons, avec cette personne. Mais, après la première tentative de la soirée, ils devraient s'tenir à carreaux, enfin, on n'sait jamais. ». Un petit sourire en coin, espérant la rassurer de nouveau même si, pour le faire au mieux, il n'aurait pas du soulever ce genre de choses, Naab finit par replonger les mains dans son bac d'eau chaude pour continuer à nettoyer les couverts laissés à l'abandon quelques instants auparavant, gardant un œil attentif sur la nouvelle employée, au cas où.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Through an open door ᚠ Inleif & Naab   

Revenir en haut Aller en bas
 
Through an open door ᚠ Inleif & Naab
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Habitation] Open Door
» Mek' pour l'open de peinture GW
» KNOCK ON YOUR DOOR ♣
» ND Open IV
» Open Video a GW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sound of Drums :: Hors jeu :: Les archives de l'Ancien :: Histoires achevées-
Sauter vers: