AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Mise à jour
Nous sommes de retour après cette première mise à jour. Bienvenue sur Sound of Drums !
Que vous soyez nouveau ou ancien, pour les nouvelles, c'est par ici.
Avis de recherche
Premier event
Le premier événement de Sound of Drums est lancé. Venez faire la fête avec nous dans une des villes
à travers Ealhmund. Un air de fête nous berce et nous n'attendons que vous !

Partagez | 
 

 melted ice

Aller en bas 

intermédiaire


avatar

ɤ Messages : 53
ɤ Avatar : Katheryn Winnick

ɤ Lieu de vie : Ealdor, Severnysa


Fiche d'aptitudes
Aptitudes de base:
Aptitudes avancées:

MessageSujet: melted ice    Mer 15 Aoû - 3:56




Melted ice
en cours

Noms des participants ? Naab Xendel et Norveig Späth.
Date du rp ? 1e jour du cycle de la Renaissance de l'an 107.
Lieu du rp ? à l'auberge de Brildell.
Petite description ? La journée s'achève, l'air est lourd, humide et empreint des premiers redoux de la saison chaude. Le soleil laisse une voile orangé sur l'horizon où il se meurt en laissant transparaitre ses derniers rayons écarlates. L'auberge est pleine et au comptoir, plusieurs savoures une première choppe de bière pour commencer la nuit.

Statut du sujet ? [] libre [x] privé
Contexte ? Après de longues journées à traverser le vaste continent, Norveig s'arrête dans la petite bourgade de Brildell. Une auberge lui ayant été recommandé par un passant, elle est venu pour y passer la nuit.


_________________



 “She loves the serene brutality of the ocean, loves the electric power she felt with each breath of wet, briny air.”

(c)Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

intermédiaire


avatar

ɤ Messages : 53
ɤ Avatar : Katheryn Winnick

ɤ Lieu de vie : Ealdor, Severnysa


Fiche d'aptitudes
Aptitudes de base:
Aptitudes avancées:

MessageSujet: Re: melted ice    Mer 15 Aoû - 4:51



La saison chaude commençait à peine que déjà le sol se vît complètement dépourvu de son manteau blanc. De la terre imbibée par les pluies torrentielles du dernier cycle émanait une odeur vaseuse et acre. Dès lors, les premières pousses naissaient sous les rayons du soleil et les larges pâturages coloraient le tableau d'un vert vif éclatant. Aussi majestueuse et différente fût-elle, les terres du royaume nordiques n'avaient rien de cet endroit. De roc et de glace, Uetrir reposait dans cet état d'hivernation constant en conséquence de l'hostilité de son climat. Jamais, n'avais-je voyagé hors de cette île qui m'avait vue grandir et tout ici me donnait l'impression d'être une pure invention. Durant leurs voyages chez nous, les passants nous décrivaient ces lointains continents qu'ils avaient moult fois visités, mais aucun de leurs récits ne dépeignaient avec justesse ce que je découvrais à ce jour. Ces terres immenses étaient pourvues de généreux reliefs et d'un panorama luxuriant s'étendant de l'est en ouest.

Depuis mon arrivée, j'éprouvais ce fort sentiment de détachement. Tout comme si,  j'échappais au froid comme au lourd fardeau que je portais. Chaque pas m'éloignait un peu plus de ces écorchures me laissant percevoir une instance de paix et le mirage de l'oubli. Le long voyage laissait mon corps courbaturé par l'épuisement, la faim, la soif et l'effort. Les meurtrissures de l'âme devenaient l'acouphène de mon périple, se perdant dans l'écho des autres maux.

Les sabots clapotant dans la boue, mon destrier passait les portes de Brildell juste avant le début du crépuscule. Après une longue journée en selle à parcourir le large territoire de Severnysa, nous nous arrêtions ici pour la nuit. L'animal assoiffé se désaltérait dans la cuve auprès de ses congénères alors que je l'y abandonnais aux mains d'un jeune palefrenier qui en échange de quelques écus s'occuperait du reste. Comme on me l'avait décrite, l'auberge se trouvait à l'entrée même de la petite bourgade et se démarquait par son énorme affiche suspendue sculptée dans un grain de bois foncé. On y lisait un seul mot, le nom de l'auberge : Daena.

En poussant la porte, je découvrais une salle presque vide où en majorité accoudés au comptoir, les quelques clients savouraient le houblon ambré avec la gorge déployée. L'odeur de l'alcool imprégnait le bois du plancher comme les étoffes de lainages faisant office de tapis. Lointainement, on distinguait le doux fumet de l'agneau longuement mijoté. Mon dernier repas remontait à tôt ce matin, un humble morceau de poisson salé et une tranche de mie séchée avait su me sustenter jusqu'ici. L'estomac dans les talons, je salivais à l'idée d'un repas chaud et savoureux.  

J'avais reconnu le propriétaire de la place. Se tenant à contre-jour du feu, on pouvait difficilement distinguer ses traits. Imposante, sa silhouette se découpait dans le demi-jour et sa peau brasillait par la réflexion des flammes. Un torchon à la main, il épongeait dans le plus grand des silences les verres et ustensiles qu'il venait tout juste de sortir de l'eau bouillante. M'approchant de l'antre où j'attirais sans contredit les regards curieux par mon accoutrement typiquement Uetrien, je m'étais directement adressée à l'homme au regard de charbon.

"On m'a dit à l'entrée du village qu'il vous restait des chambres pour cette nuit? Est-ce toujours le cas?"


_________________



 “She loves the serene brutality of the ocean, loves the electric power she felt with each breath of wet, briny air.”

(c)Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ignorant


avatar

ɤ Messages : 44
ɤ Avatar : Idris Elba
ɤ Lieu de vie : Brildell


Fiche d'aptitudes
Aptitudes de base:
Aptitudes avancées:

MessageSujet: Re: melted ice    Mer 5 Sep - 17:55




« Melted Ice »


Norveig & Naab








Pour beaucoup, les journées de travail de Naab auraient pu paraître monotones, se suivant encore et toujours, inlassablement, ou chaque lendemain ne semblait ressembler que plus encore à la veille. Il était vrai qu'en soit, c'était une profession assez répétitive mais, notre homme y voyait autre chose, bien d'autres choses même. Nombreuses étaient les rencontres, nombreux étaient les récits que les voyageurs racontaient, autour d'un verre, ou d'un repas. Nombreux aussi étaient ceux avec le cœur lourd, tentant désespérément d'attraper l'oreille de l'ancien mercenaire ou, pour les plus chanceux, celle d'une des serveuses. Nombreux étaient ceux, dans ce cas, à espérer des choses avec la dite serveuse, toutes relativement jolies, souriantes et agréables, les plus désespérés et, alcoolisé, s'imaginaient parfois faire leur vie avec, tandis que, d'autres, ben plus terre à terre, si l'on peut dire ainsi, voulaient passer une seule nuit avec, pour commencer. Autant vous le dire, malgré leur grand sourire et leur amabilité, elles avaient brisés bien des cœurs. Naab, de son côté était … Disons, bien moins friand de ce genre de choses, écouter les gens se plaindre, encore et encore, sans faire quoi que ce soit, avait un don certain pour l'agacer, l'exaspérer même, voire, parfois, l'énerver. Alors, du mieux qu'il pouvait, il tentait de s'enfuir, faisant mine de faire autre chose et, plus rarement, d'envoyer carrément chier ses clients. Cela ferait quelques pièces en moins, certes, mais un chieur de moins et ça, mine de rien, cela n'avait pas de prix.

Outre les alcoolo-dépressifs, Brildell accueillait bien des voyageurs, qu'ils soient marchands, aventuriers, mercenaires ou tout simplement de ceux qui voulaient changer de vie. Ceux-ci étaient le principal intérêt de notre ami pour ses longues soirées. Tous et toutes avaient des histoires particulièrement intéressantes à raconter, que cela puisse être d'une découverte, d'un endroit visité, de personnalité rencontrés, d'informations venant de l'autre côté de la mer ou tout simplement d'anecdotes croustillantes. Dans tous les cas, le tenancier appréciait grandement discuter avec ces gens-là, que ce soit par intérêt pour ce genre d'histoire, mais aussi par intérêt tout court. Par dessous le comptoir, l'homme revendait toutes sortes d'informations et, ces gens-là étaient une source intarissables de revenus. D'autant plus que, pour une bonne partie, après quelques verres, parler leur semblait tout naturel et, les oreilles de l'aubergiste s'ouvraient en grand.

Et puis, il y avait de ses rencontres, qui captivaient. De celles qui vous faisaient vous lever le pied de bonne humeur le matin, en espérant qu'une nouvelle se produise. Certes, cela peut sembler particulièrement … Charnel, dit comme ça, mais, il n'en est rien. Enfin … Je ne vous cache pas que c'est déjà arrivé, une ou deux fois mais là n'est pas le sujet. Nous parlons ici de personnes remarquables, un caractère bien trempé, une histoire mémorable ou tout simplement une bonne entente rapide. Ce genre de rencontres-là, qui vous font passer un bon moment, le temps que la dite personne ne vienne à partir. L'une d'elle nous intéresse aujourd'hui. Une belle soirée, bien qu'un peu lourde, après une journée longue et ennuyante. Très peu de clients, si ce n'était les grands habitués, venant prendre leur dose de bière quotidienne, en se plaignant de leur femmes qui leur faisait remarquer qu'ils buvaient bien trop. Le soleil tendant tout doucement à se coucher, synonyme de nouveaux clients qui commençaient doucement à arriver, par petits groupes pour la plupart.

Les bières s'enchaînèrent, ainsi que la vaisselle et, alors qu'il nettoyait les coupelles et pintes, en baillant longuement, une voix vint l'interrompre. Féminine, mais aussi assurée. Il était question d'informations acquises à l'entrée de la ville sur des potentielles chambres de libres. S'essuyant les mains sur son torchon humide, avant de finalement se rabattre sur son pantalon, tandis que le fameux torchon vint s'échouer lamentablement sur son épaule, Naab se retourna finalement vers la voix qui lui étaient inconnue pour y découvrir une femme blonde, semblant approcher de la moitié de trentaine. Une très belle femme, sans nul doutes, comme de celles qu'on ne voyait que rarement. Un joli visage, un regard captivant et, une silhouette qui pourrait rendre fou d’innombrables hommes, prêt à se damner pour les approcher. A ce sujet, quelques clients étaient déjà là à la regarder avec grande attention, ou plutôt à la reluquer. Chose qui le fit doucement soupirer, avant que son attention ne vienne se reporter sur cette inconnue, semblant être une voyageuse, à en croire son équipement, semblant tout droit venir d'Uetrir. Se grattant doucement cette barbe grise naissante, le tenancier s'avança de quelques pas vers l'arrivante pour répondre à ses interrogations. « Il semblerait que l'on vous ait bien renseignée, madame. J'ignorais que l'on parlait de mon établissement, cela me fait chaud au cœur. Faudra payer avant, par contre. Vous comprendrez que, à trop faire confiance, on finit avec quelques trous dans la caisse. » Un petit sourire en coin avant de taper dans ses mains, laissant s'échapper un léger « Bien ! » dans un soupir, pour finalement passer la main par dessus le comptoir et y sortir un petit écriteau en bois, avec les prix et forfaits taillés dedans. « Vous avez là tout ce qu'il vous faut. Mais … Allez, si vous prenez la pension complète pour ce soir, je vous offre un verre. » Plissant ses yeux doucement en disant ses mots, l'aubergiste finit rapidement par se corriger. « Il semblerait que ces mots puissent être mal compris, je m'en excuse. La vérité est que 'ai bien besoin de boire quelque chose, autant ne pas le faire seul. Puis … Vous semblez avoir parcouru bien des lieues aujourd'hui, je suis certain que cela ne vous fera pas de mal. » Soupirant longuement, plus pour pester contre sa maladresse qu'autre chose, l'homme tira deux gobelets, qu'il venait de ranger pour les poser sur le comptoir, pour finalement dégainer d'une trappe, par dessus le comptoir, une bouteille qu'il servit copieusement avant de tendre le verre à l'inconnue, en baillant longuement. « Pardonnez-moi, longue journée pour moi aussi. Tenez, fait par mes soins, en espérant que cela puisse vous seoir. » Levant son verre en plongeant son regard dans ses deux jolis yeux, notre ami siffla d'un coup le whisky, avant de soupirer d'extase un bref instant. « Ah ! Ça va toujours mieux après ça. Dites, Uetrir n'est-ce pas ? Vous êtes bien loin de chez vous, madame. Une chose est certaine, vous ne passez pas inaperçue par ici. » Riant doucement, son regard se tourna vers les quelques clients qui badaient encore l'étrangère, les désignant de son menton.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: melted ice    

Revenir en haut Aller en bas
 
melted ice
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EVENT MELTED - NEON PARTY ♡ ] We shine forever - OUVERT A TOUS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sound of Drums :: Royaumes élémentaires :: Severnysa :: L'est des terres :: Les plaines :: Brildell-
Sauter vers: