AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Mise à jour
Nous sommes de retour après cette première mise à jour. Bienvenue sur Sound of Drums !
Que vous soyez nouveau ou ancien, pour les nouvelles, c'est par ici.
Avis de recherche
Premier event
Le premier événement de Sound of Drums est lancé. Venez faire la fête avec nous dans une des villes
à travers Ealhmund. Un air de fête nous berce et nous n'attendons que vous !

Partagez | 
 

 The moon and the sun ϑ avec Inleif

Aller en bas 

staff ɤ avancé


avatar

ɤ Messages : 508
ɤ Avatar : Élodie Yung

ɤ Lieu de vie : récemment débarquée à Ealdor, Severnysa


Fiche d'aptitudes
Aptitudes de base:
Aptitudes avancées:

MessageSujet: The moon and the sun ϑ avec Inleif   Lun 13 Aoû - 0:01




The moon and the sun
en cours

Noms des participants ɤ Inleif Njörd et Styx Frasier.
Date du rp ɤ 4e jour du cycle de la floraison de l'an 104.
Lieu du rp ɤ sur le marché de Brildell.
Petite description ɤ la nuit est douce et chaude, les étoiles piquent le firmament comme des milliers de petits diamants sur une étoffe marine. La grande place est sombre et inhabituellement bondée de paysans et de bourgeois pour cette heure de la nuit.

Statut du sujet ɤ [] libre [x] privé
Contexte ɤ Mazal s'est arrêtée dans la cité de Brildell avec son mentor qui est venu commercer. En cette soirée chaude, elle donne un spectacle élémentaire sur le marché et rencontre Inleif pour la première fois.


_________________
❝ an ardent fire fueled by hatred ❞ so ardent it took the color of a sapphire. a fire so intense it often became untameable. and this fire spat its spark in this little piece of woman. more dangerous than you could ever imagine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

staff ɤ avancé


avatar

ɤ Messages : 508
ɤ Avatar : Élodie Yung

ɤ Lieu de vie : récemment débarquée à Ealdor, Severnysa


Fiche d'aptitudes
Aptitudes de base:
Aptitudes avancées:

MessageSujet: Re: The moon and the sun ϑ avec Inleif   Lun 13 Aoû - 0:02

Entourée par la foule, elle s’exécute gracieusement, oubliant le monde autour d’elle pour ne se concentrer que sur la contention de cette puissance ravageuse qui l’habite. Sa tenue inhabituelle pour cette région du monde avait suffi à attirer les regards. Un pantalon ample et vaporeux oscillante entre les tentes d’azur, de rubis et de topaze, serré au niveau des chevilles, un très petit haut serti d’or et de pierres précieuses dévoilant son ventre plat, des pieds nus écorchés çà et là et une longue chevelure sombre et ondulée piquée de bijoux dorés attiraient facilement les yeux curieux dans la cité de Brildell.

Malgré la grande beauté d’Anagd et de Cathair où elle avait passé beaucoup de temps depuis la fin de son entraînement de maître du feu, Mazal At’ror ne cessait de s’émerveiller devant la beauté et la diversité que les cités d’Ealhmund pouvaient arborer. Avec ses toits en forme de coupoles sertis de tuiles couleur émeraude, Brildell était d’une magnificence dont ses habitants ne semblaient même plus se rendre compte. Reconnus comme étant un peu simple, les severnysiens ne ressemblaient pas aux extravagants antakis ou à leurs voisins oniris qui, malgré leur propension à s’enfermer dans leurs grandes bibliothèques nuit et jour, étaient aussi hauts en couleurs que le peuple du feu dans la façon dont ils s’habillaient dans l’architecture grandiloquente de leurs villes. Les severnysiens n’avaient pas cette fierté. Ou du moins, la saltimbanque ne la lisait pas dans leurs regards lorsqu’elle conversait avec eux.

Sourde aux murmures d’émerveillement de l’assistance, la jeune femme sent le regard de son mentor peser sur ses épaules. Qu’elle le voie ou pas, elle savait qu’Yasthyl n’était jamais loin. S’il devait s’absenter, Mazal se voyait talonnée par ses hommes de main qui la suivaient à une distance assez respectable pour qu’elle n’ait pas à s’en plaindre. Comme elle l’avait demandé avec toute la véhémence dont elle était capable, ils n’intervenaient jamais à moins que les choses tournent trop mal pour qu’elle puisse s’en sortir elle-même. S’ils craignaient les foudres d’Ismor, ils craignaient encore plus celles de la saltimbanque instable qui avait acquis une réputation de cinglée depuis qu’elle avait brûlé la moitié du visage d’un autre adolescent lorsqu’elle fréquentait l’académie élémentaire.

Virevoltant au centre de l’assistance, des flammes céruléennes glissent entre ses longs doigts, prenant une teinte orangée avant de mourir dans l’air qui l’entoure. D’un mouvement à l’autre, les flambées fusaient vers le ciel, effleuraient presque les vêtements des spectateurs, crépitaient en des étincelles brûlantes, elles léchaient la peau maure de l’artiste qui semblait presque mue dans une transe. Une pirouette suffit à la fleur du feu pour s’emparer de boules métalliques qu’elle tient bien serrées entre ses griffes. Suspendant ses mouvements l’espace d’un instant, elle fit volte-face et jeta ses bras dans les airs, enflammant les bolas de bleu et d’orange. Reprenant pied dans la poussière, elle tint les globes ardents dans ses paumes quelques instants avant de les relâcher, les faisant pivoter et fendre l’air autour d’elle, créant des arabesques enflammées dans le noir de la nuit. Lorsqu’elle finit par lâcher les bolas sur le sol, elle porta sa main à sa bouche, jetant un baiser à son assistance avant de souffler un geyser enflammé vers le ciel, illuminant la place où tous s’étaient rassemblés pour la voir performer.

Elle adressa quelques révérences modestes à la foule avant de faire signe à un des hommes de main d’Ismor pour qu’il ramasse la cagnotte et la ramène à son maître. Mazal ne s’était jamais beaucoup intéressée aux sommes qu’elle amassait. Elle vivait dans bien plus de luxe et de faste auprès d’Yasthyl qu’elle pourrait se le permettre avec les pièces que lui rapportaient ses performances. Aussi, elle laissait le marchand empocher les sommes qu’elle rapportait sans rien demander en retour, sans poser de questions. Pendant que le bougre adressait des sourires aux spectateurs, leur tendant une bourse dans laquelle les gens déposaient des pièces d’or rouge, Mazal se pencha pour ramasser ses bolas et ses autres accessoires avec la ferme intention de se diriger vers l’auberge où Yasthyl lui avait pris une chambre pour s’y reposer un peu, mais elle sentit un regard son dos. Sur ses gardes, elle fit brusquement volte-face, allumant ses mains de flammes ardentes qu’elle tendit devant elle dans une position défensive. Ses muscles se relâchèrent lorsqu’elle vit le visage innocent d’une jeune femme aux lèvres pleines et aux joues arrondies. Avec son regard d’un bleu presque liquide et sa longue chevelure d’or mêlé d’argent, la paysanne offrait un spectacle agréable. Mazal se surprit à penser qu’elle n’aurait probablement pas dû se balader seule dans les rues de la ville à une heure aussi tardive. Elle tamisa la lumière de ses mains, baissant légèrement les poings. « Désolée pour les flammes; tu m’as surprise. Qu’est-ce que tu veux ? » demanda l’antaki sans plus de cérémonie.

@Inleif Njörd


_________________
❝ an ardent fire fueled by hatred ❞ so ardent it took the color of a sapphire. a fire so intense it often became untameable. and this fire spat its spark in this little piece of woman. more dangerous than you could ever imagine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: The moon and the sun ϑ avec Inleif   Lun 13 Aoû - 1:47

The moon and the sun


Si les rues n'étaient pas dénuées de dangers divers et variés, Brildell gardait une certaine note bienveillante et sûre. Les plus malchanceux pouvaient tomber sur les pires embûches, les biens fortunés passaient au travers des mailles des filets des malfaiteurs. Rien ne justifiait que je sois particulièrement anxieuse à l'idée de me retrouver seule dans ces allées. Il y avait des coins à éviter, d'autres que l'on pouvait emprunter sans peine.

Les badauds continuaient de vivre malgré la pénombre de la nuit cherchant à étouffer la lumière vacillante des lanternes illuminant la cité. Un attroupement attisa ma curiosité et, succinctement, je penchai la tête pour connaître la raison de cet amas humain. Une démonstration de feu. Les flammes léchaient pratiquement les spectateurs époustouflés par la prestation. Une fine fleur aux cheveux noir de jais. Langues iridescentes au teintes azurées caressant sa peau satinée témoignant d'origines peut-être plus arides que les profondeurs verdoyantes de Severnysa.

S'il m'était déjà donné de croiser des bardes, montreurs d'ours et autres itinérants vivant du spectacles qu'ils offrent, je trouvais toujours que l'utilisation de ces dons que nous avions à des fins pécuniaires sonnait tel un blasphème. Jugement que je portai à la maîtresse au regard perçant même dans l'état de concentration dans lequel il se trouvait. Le spectacle n'en restait pas moins magnifique.

De loin, je continuais à l'observer alors qu'autour de la place la plèbe se dissipait. Quelques piécettes tombaient dans la bourse d'un homme alors que la belle réunissait ses effets. Mon regard la suivait, pensive. L'étrangère vint emprunter une route que je ne connaissais que trop bien à présent. L'auberge qui se trouvait au bout de ce chemin l'accueillerait peut-être pour cette nuit. À pas mesurés, je la suivis. Ou plutôt, je rentrais chez moi. Lieu qui, à ses yeux, n'était qu'une étape dans son voyage.

La rattrapant de quelques pas, c'est de ses flammes que je fus gratifiée. Les mains en avant, pied en arrière prêt à reculer, la poussière des pavés qui nous entouraient frémit légèrement. Un tressaillement peu perceptible qu'il est plus logique d'attribuer au courant que nos gestes provoquent dans l'air qu'à une quelconque maîtrise. Le sable pourrait étouffer des flammes approchant trop précipitamment mon visage, mais je ne souhaitais pas être remarquée. Alors ce réflexe instinctif se vit tu par cette présence d'esprit. Un accueil chaleur dans un sens déplaisant, prêtant le contraste de température aux visage qui me toisait alors. Cette femme me donnait l'impression d'être dangereuse. Ou tout du moins, d'attirer assez de dangers pour montrer ainsi les crocs à n'importe quel instant. Une tension qui se lisait dans ce regard sombre que j'affrontais avec la douceur que mes traits inspiraient. Même dans une colère noire, je ne paraîtrais jamais aussi menaçante que cette étrangère mal abordée...

Baissant doucement mes mains, ne cherchant guère à lui inspirer de mauvaise intention, je me permis de répondre la seule chose qui me passait par la tête. « Je vous ai vu sur la place. Un beau spectacle. Bien qu'il soit plus acceptable de voir un tel pouvoir usé pour se protéger que pour amuser la galerie. » Si mes mots pouvaient être sarcastiques, mon intonation témoignait une certaine neutralité. Tel un jugement de valeur que je ne cherchais guère à lui imposer. « Vous n'avez pas l'air d'être une femme dans le besoin, quelles circonstances peuvent amener un maître du feu à prostituer ainsi ce don que les dieux lui ont accordé ? » Malgré la portée monocorde de ma voix basse, difficile de ne pas voir en ces mots une certaine impertinence qui, pourtant, révélait d'une véritable interrogation. Je n'étais pas de ceux qui venaient importuner les autres sans raison. Si elle ne s'était pas retournée, si sa route avait déviée, sans doute ne lui aurais-je jamais adressé la parole.
Revenir en haut Aller en bas

staff ɤ avancé


avatar

ɤ Messages : 508
ɤ Avatar : Élodie Yung

ɤ Lieu de vie : récemment débarquée à Ealdor, Severnysa


Fiche d'aptitudes
Aptitudes de base:
Aptitudes avancées:

MessageSujet: Re: The moon and the sun ϑ avec Inleif   Mar 14 Aoû - 5:45

Des années d’adversité avaient perverti l’âme autrefois pure de la belle de l’ouest. Celle qui avait un jour été une adolescente rebelle qui cherchait simplement à tailler sa place dans un monde que son père avait rendu inadapté à son tempérament était brusquement devenu une femme lorsqu’elle avait choisi de quitter le nid familial. Rapidement, la méchanceté et la malice qui existait chez les autres l’avaient rendue méfiante des inconnus, toujours prête à mordre ceux qui essayaient de l’atteindre avant qu’ils n’aient le temps de l’effleurer. Les récentes années passées dans la soie chez Ismor n’avaient jamais changé cet instinct primal qui subsistait dans la psyché fort instable de la saltimbanque.

L’intonation neutre de sa voix lorsqu’elle lui adressa réponse lui fit lever les poils sur les bras, mais ses paroles éveillèrent dans le cœur de Mazal une rage profonde qui nécessita toute sa volonté pour ne pas transparaître sur son beau visage. Ça n’était pas la première fois que l’on employait le terme de prostituée pour la qualifier. Les gens avaient souvent du mal de voir un homme voyager avec une femme qui n’était ni son épouse ni sa sœur ou sa fille. Curieusement, malgré les préjugés que bon nombre d’Ealhmundiens s’étaient fait des habitants d’Antak, c’étaient ces derniers qui jugeaient le moins cet arrangement qui existait entre la jeune femme et son mentor.

Rengainant ses paumes ardentes, seule la lumière de torches qui illuminaient la rue persista entre les deux femmes qui se toisèrent en silence un bref moment. Mazal replaça son sac sur son épaule avant d’ouvrir la bouche, son accent feutré glissant sur sa langue comme la douceur de l’hydromel mielleux dans le gosier, à la fois tendre et brûlante.

Pourquoi pas ? répondit-elle plutôt que de succomber à la colère qui était montée en flèche dans sa poitrine. L’eau coule. Il suffit de ressentir ses mouvements pour s’en emparer. La terre est ancrée plus solidement. Il faut s’y enraciner et l’écouter pour réussir à manipuler ses richesses. L’air est fluide. En acquérant un équilibre et une légèreté suffisants, on peut l’influencer et l’utiliser à son avantage. Le feu ne ressemble pas aux autres éléments. (Elle marqua une pause, laissant traîner son regard sombre sur les traits encore juvéniles de son interlocutrice.) Il vit. Il est animé de sa propre colère, de son propre tempérament, d’une puissance dévorante. J’aime jouer avec lui, mais même après tellement d’années de pratique, il arrive encore qu’il me submerge… Elle serra les dents un bref moment avant de poursuivre. Et je n’aime pas tuer. Pourquoi faire régner la terreur quand on peut utiliser ses talents pour alléger les esprits ?

Pourquoi faire du mal quand on peut faire du bien ? Malgré le traité de paix, tellement de maux persistaient encore en ce monde… Si elle pouvait utiliser ses talents pour mettre un baume sur l’âme humaine, elle n’en ressentirait pas de remords, quoi que les gens puissent penser d’elle. D’ordinaire, l’antaki n’aurait pas été du genre à s’arrêter pour débattre de la pertinence de ses activités avec qui que ce soit, mais cette femme aux cheveux d’argent avait piqué sa curiosité. Son maître pouvait bien attendre un peu plus longtemps qu’elle ramène sa fraise dans cette auberge où il les avait installés. Il en avait probablement déjà plein les bras avec sa femme qui avait décidé de les accompagner à l’occasion de ce déplacement...

@Inleif Njörd


_________________
❝ an ardent fire fueled by hatred ❞ so ardent it took the color of a sapphire. a fire so intense it often became untameable. and this fire spat its spark in this little piece of woman. more dangerous than you could ever imagine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: The moon and the sun ϑ avec Inleif   Jeu 6 Sep - 14:17

The moon and the sun


La franchise pouvait s'avérer être un lourd fardeau auquel je n'entrevoyais guère de remède. Si je me méfiais des autres, ils ne m'inspiraient pas la terreur d'autrefois. Travailler dans une auberge m'éloignait du mutisme apprécié du labeur souvent solitaire des champs. Loin de déroger aux généralités, j'aimais travailler la terre bien plus que de servir et converser les voyageurs. Cependant, y être partiellement contrainte instaurait une certaine ouverture à qui l'on prêterait un certain audace.

Un souffle instinctif jaillissant de ses mains fit estompa les flammes qu'elle maniait avec charme. Un visage douce dont la lividité traduisait le masque de bienséance revêtu par l'étrangère. D'une voix doucereuse, la femme aux cheveux noirs de jais décrivait la nature des éléments qui habitaient les Ealhmundiens, mettant à part le feu. L'instabilité de l'élément se décrivait par une personnification. Comme si l'élément était différent de la personne. En ce point nos avis divergeaient. Là où elle voyait une colère, je voyais une passion, une fougue. La colère n'était qu'une vision subjective de l'énergie qu'était le feu. Il en valait pour preuve son argument pour justifier l'utilisation burlesque de ses flammes.

Un frémissement à la commissure de mes lèvres tenta d'accompagnement le plissement interrogateur de mes yeux à la teinte quelque peu compatissant, tel un instinct apposant pitié face à celui que la vie a marqué. « Si la seule alternative que vous entrevoyait consiste à nuire aux autres, alors le problème se situe plus dans la personne que dans l'élément. Vous n'avez sans doute aucun conseil à recevoir d'une inconnue telle que moi, mais j'espère qu'un jour vous finirez par être en paix avec vous-même », insinuai-je avec une sincérité qui masquait l'incertitude de mes dires. Cette étrangère n'était le genre de personne qu'il devait faire bon fréquenter. Et si la foule se laissait charmer par ses atours, ça ne faisait que me raviser et me faire redoubler de méfiance, laissant mes sens en alerte.
Revenir en haut Aller en bas

staff ɤ avancé


avatar

ɤ Messages : 508
ɤ Avatar : Élodie Yung

ɤ Lieu de vie : récemment débarquée à Ealdor, Severnysa


Fiche d'aptitudes
Aptitudes de base:
Aptitudes avancées:

MessageSujet: Re: The moon and the sun ϑ avec Inleif   Dim 23 Sep - 4:07

Depuis aussi longtemps qu’elle se souvienne, Mazal partageait une relation difficile avec le don qui lui avait été donné par les dieux. Elle s’était souvent demandé si elle n’aurait pas vécu plus facilement si elle n’en avait simplement pas eu, si elle avait pu être une non-maître. Cette alternative était cependant inconcevable. Les At’ror étaient Feu depuis toujours. Les hommes de la famille s’en étaient assurés par le biais de mariages arrangés. La pureté de leur sang était une obsession. Et c’était assez ironique quand on y pensait, parce qu’ils étaient loin d’avoir un statut privilégié, que ce soit au sein de la communauté qu’ils habitaient ou au sein de la noblesse antaki. Mais l’aînée de la fratrie était différente de ses frères et sœurs. Elle était animée par des émotions plus intenses qui la consumaient dès qu’elle lâchait prise un peu trop longtemps. Et ce manque de contrôle flagrant transparaissait dans les flammes qui s’échappaient de ses doigts. Le bleu était synonyme de chaleur intense, d’une chaleur inhabituelle, d’une colère difficilement contenue, d’un orage persistant.

Déjà toute petite, elle avait manifesté une absence de crainte toute spéciale envers les flammes et la chaleur. Si sa mère n’avait pas été vigilante, elle se serait probablement brûlée à maintes reprises avant que son don n’apparaisse peu après de ses cinq ans. Elle l’avait toujours senti, son don, son feu. Même avant qu’il n’existe réellement, Mazal avait déjà un tempérament enflammé qui n’avait fait qu’exulter l’élément offert par Zoheir. Avant même qu’elle n’approche les neuf ans, les colères de la fillette faisaient crépiter les flammes furieusement dans l’âtre de leur logis. Étroitement relié à ses émotions, elle avait dû apprendre à canaliser sa rage pour arriver à garder la tête froide, pour éviter les catastrophes. Et dès qu’elle se laissait utiliser ses pouvoirs de façon défensive, dès qu’elle perdait sa concentration sur les mouvements dansants qu’elle performait, dès qu’elle laissait échapper les flammes sans avoir pris le temps de se maîtriser elle-même, les choses dégénéraient.


Pourtant, la brune rejeta la réflexion de son interlocutrice d’un haussement des épaules et poursuivit sa progression dans la nuit noire à travers Brildell, vers la petite auberge de Naab Xendel où elle logeait avec Yasthyl Ismor. Elle s’arrêta avant d’y entrer, observant silencieusement la fenêtre où elle savait son protecteur, illuminée par le jaune d’une bougie. Sans la regarder, elle sentit la présence de la jeune femme aux cheveux argentés. C’était une caractéristique toute Feu, percevoir la chaleur d’un corps près du sien, percevoir la proximité des gens sans pouvoir mirer leurs visages… « Tu peux en penser ce que tu veux, ça me laisse indifférente, dit-elle d’un ton détaché. A mes yeux, ne pas utiliser un don que j’ai reçu de mon dieu relèverait de l’affront pur et simple. Tu le vois comme une perversion, une prostitution de mes facultés. Je le vois comme une délivrance, un phénomène magnifique que j’aime partager avec les gens. Les pièces, c’est lui qui les ramasse de toute façon. » Elle marqua un silence avant de détacher son regard de la fenêtre lumineuse. « Tu dois forcément avoir un pouvoir quelconque pour avoir une opinion aussi arrêtée sur ma profession ? » Une lueur de défi animait le regard de la fille du désert.

@Inleif Njörd


_________________
❝ an ardent fire fueled by hatred ❞ so ardent it took the color of a sapphire. a fire so intense it often became untameable. and this fire spat its spark in this little piece of woman. more dangerous than you could ever imagine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: The moon and the sun ϑ avec Inleif   

Revenir en haut Aller en bas
 
The moon and the sun ϑ avec Inleif
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Silver Moon
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sound of Drums :: Hors jeu :: Les archives de l'Ancien :: Histoires achevées-
Sauter vers: